ACTUALITES

VICTOIRE SUR LA DÉLIVRANCE DES MÉDICAMENTS

RÉINSCRIPTION dans la RÉGLEMENTATION

EXIGEANT ET DETERMINE

Face à une lecture réactionnaire et régressive du droit, le SNICS-FSU a œuvré avec force ces derniers mois pour durcir en droit la capacité de délivrance des médicaments dits d’usage courant par les infirmier.es.


Fort de 80 années de pratique, la réécriture du BO des soins et des urgences en cours est pour nous l’occasion d’élargir encore nos compétences pour mieux répondre aux besoins des Élèves.

LES COMBATS DU SNICS ONT PERMIS D’OBTENIR

Avec trois manifestations, le combat mené l’année dernière a contraint le ministère à déposer notre amendement sur la délivrance des médicaments dans la loi pour une Ecole de la confiance. Les multiples rencontres du SNICS avec des parlementaires ont permis de lever certains freins idéologiques et de faire approuver, à l’unanimité des groupes parlementaires, nos compétences et leur utilité au service des élèves. Malgré cette victoire, le conseil constitutionnel a censuré cette mesure.

POUR UNE PROFESSION LIBRE ET EMANCIPEE

Parce que ce combat est juste, malgré les difficultés et les peurs instillées parfois même par nos propres collègues, le SNICS-FSU a poursuivi son action.


Le SNICS a multiplié les rencontres avec notre ministère et œuvré pour que les infirmier.es refusent, dans l’unité la plus large, les protocoles départementaux qui nous étaient proposés. Claquant la porte des travaux en cours sur le BO, nous avons d’une même voix exigé un texte à valeur réglementaire.


Ayant réussi à créer un rapport de force suffisant pour exiger un nouveau cadrage politique,

ce jeudi 03 octobre, le SNICS a obtenu l’ouverture de travaux en vue de la publication d’un texte à valeur juridique pour appuyer la délivrance des médicaments.

Reçus en audience à notre demande par le Directeur Général de l’Enseignement Scolaire, après discussions et argumentations, le ministère a pris position en notre faveur.

Cette fois encore, le SNICS n’a pas cédé aux sirènes de la peur mais a agi pour faire avancer notre profession. Contrairement à certains bruits de couloir, conscients de nos responsabilités, nous n’avons jamais mis en péril la sécurité et l’intégrité de nos collègues.


En attendant ce nouveau texte de loi, nous pouvons et devons continuer à appliquer le Protocole national d’organisation des soins et des urgences. Nous, Infirmier.es de l’Education nationale, n’avions d’ailleurs pas attendu la publication de ce Bulletin officiel en 2000 pour délivrer des médicaments non soumis à prescription médicale pour répondre aux besoins des élèves et des étudiant.es et œuvrer pour leur réussite scolaire.

LE SNICS UN SYNDICAT INFIRMIER PROGRESSISTE

Notre orientation pour un syndicalisme de transformation sociale et progressiste, alliant contestation, propositions, négociations et actions, nous a toujours amené à concevoir et à construire des actions fortes, inscrites dans la durée avec la volonté d’une unité la plus large possible. En tant que syndicat majoritaire et dans l’intérêt de notre profession, nous avons recherché et obtenu l’unité avec le SNIES-UNSA, rassemblant plus de 93% des infirmier.es de l’Education nationale.

Communiqué de Presse SNICS - FSU et SNIES - UNSA

Article not found!

Compte rendu du Groupe de Travail sur le BO soins et urgences

Article not found!

Attaques rétrogrades contre la capacité des INFENES ...

Article not found!