ACTUALITES

COVID-19 - LES INFIRMIER.ES DE L'ÉDUCATION NATIONALE DANS L'ACTION.

Témoignages des Infirmier.es de la Réunion - 974


Alors que le 9 février la France Hexagonale déclare son  premier cas de COVID, La Réunion veille…... Le 10 mars, en pleine période de vacances scolaires, le premier cas importé est dépisté chez un réunionnais rentré de croisière.Le 17 mars, comme tous les français, nous sommes « confinés ». Les réunionnais rentrant de vacances depuis la métropole et les touristes continuent à débarquer. Le nombre de cas augmente rapidement avec ces arrivées ( voir la courbe) avant que le préfet ne décide la limitation du trafic aérien et le confinement obligatoire pendant 14 jours de tous les voyageurs. Ceux ci sont confinés, pour certains au bord de la plage qu’ils se contentent de regarder,  dans des hôtels et centres de vacances  qui retrouvent « un peu de vie »….. Au bout de quelques semaines, la courbe de cas de COVID  s’aplatit.
Les élèves ne reprennent donc pas le chemin de l’école le lundi 23 mars. Pour ma part, je me rends au collège le jour de la reprise pour récupérer cahiers, clés USB…... J’installe le logiciel Pronote (logiciel de vie scolaire) sur mon ordinateur personnel et commencent alors 6 semaines de travail à distance… Quelle nouveauté , même si lors de la crise des « Gilets jaunes » nous avions effleuré cette idée !

Je reste en contact via la messagerie Pronote et académique avec l’ensemble des enseignants, les chefs, CPE, assistante sociale, médecin scolaire, enseignant référent. Les parents peuvent me joindre. J’ai dès le début du confinement contacté par téléphone beaucoup de familles que j’avais ciblées en raison de problèmes de santé de leur enfant, de fragilités, de problèmes sociaux…. Je fais le lien le plus souvent par téléphone avec l’assistante sociale, l’enseignante de la classe ULIS . Je continue cette liaison après plusieurs semaines de confinement. Je prends parfois les élèves directement au téléphone. Les familles apprécient ce lien et cette écoute. Je suis amenée à donner des conseils sur le respect du confinement, à transmettre des numéros d’écoutes psychologiques.
L’infirmière conseillère technique a rapidement envoyé un message demandant quels étaient les collègues « qui souhaitaient se mobiliser » pour une aide dans la crise sanitaire. 30 personnes ont répondu favorablement sur 140 infirmiers dans l’académie. A ce jour, 8 infirmières et 5 médecins EN sont mobilisés sur les 8 centres de confinement que j’appelle les « hôtels des voyageurs ». Ces personnels sont salués par le secrétaire général dans son « message cellule de crise » adressé aux chefs d’établissements, IA, IEN, directeurs d’écoles…. Cette mobilisation durera jusqu’à la fin du confinement le 11 mai.

Même si certains passagers sont aujourd’hui remplacés par des cartons de masques et de matériel médical dans les avions de ligne transformés en vol cargo, il reste malgré tout des réunionnais qui arrivent, justifiant d’un motif essentiel (regroupement familial, retour domicile, obligations professionnelles….). Ils continuent donc à être hébergés. Leur retour à domicile à la fin du confinement est soumis au résultat du test COVID effectué avant la fin de la quatorzaine.

Les prochaines vacances scolaires approchent pour l’académie de La Réunion : c’est le 30 avril. Il faut d’ores et déjà préparer la rentrée qui se fera le 14 mai. Cette semaine, dans chaque bassin une réunion en visio-conférence a été organisée par l’infirmière conseillère technique. Un temps d’échange à 30 où chacun ou presque ( certains ont encore un peu de mal avec les nouvelles technologies ….) a pu exprimer son vécu du travail à l’heure du confinement, ses inquiétudes et questionnements par rapport à la rentrée . Dans certains bassins des groupes de travail se sont constitués sur différents thèmes.

Dans la perspective de ce 14 mai, je suis en lien avec la gestionnaire, les chefs, CPE pour conseiller sur les achats à faire, les agencements à prévoir pour l’organisation de l’accueil des élèves et des personnels. Beaucoup de questions encore à ce jour sur la restauration scolaire, sur le nombre d’élèves présents….

Un vrai « chamboule tout » : modification des emplois du temps, sens de circulation dans l’établissement….

On va même demander aux enseignants de laver leur tasse et la ranger en salle des professeurs...

Et depuis le temps que j’en rêve, les élèves auront leur classe et ce sont les professeurs qui se déplaceront ….

Une idée que j’ai lancée depuis longtemps tant il me paraît inconcevable de faire déplacer 750 « marmailles » toutes les heures dans un établissement où toutes les salles de classes sont à l’étage et qui comporte une ULIS Troubles Fonctions Motrices avec des élèves en fauteuils roulants…

Ces mêmes élèves qui doivent sortir avant que la sonnerie de fin de cours ne retentisse pour pouvoir circuler plus facilement dans les couloirs. Peut être que cette crise sanitaire sera suivie de changements durables….

Bien sûr, les actualités en lien avec le SNICS ne se sont pas arrêtées avec la pandémie. Toujours disponible, de même que d’autres collègues du bureau avec qui je suis en lien, je réponds aux questions des syndiqués , nombreuses en cette période de crise sanitaire et de mutation….

Questions auxquelles il n’est pas toujours possible de répondre (report du concours….) !

Rest Zot Kaz !

V.P. - Infirmière en Collège
Voici comment cela s'organise pour mon service et moi-même actuellement.

Mon travail à l'université est un peu différent du quotidien des collègues du secondaire côté organisation, structure et administratif et hiérarchique.

Notre service est un centre de santé pour les étudiants avec des médecins généralistes qui consultent quotidiennement et d'autres intervenants tels que AS, PSY, DIET, SAGE FEMME et IDE.

Nous avons prévu avant le début du confinement, réservé et équipé deux salles de consultation « spécial COVID » (2 campus : 2 SUMPPS), avec ce que nous avions, en cas de nécessité et pour prévoir la réouverture du service.

Nous avons eu des masques chirurgicaux par la pharmacie de secteur avec les cartes pro des médecins, quelques FFP2 et quelques sur-blouses restantes de l'époque H1N1 et épidémie EBOLA (nous avions prévu au cas où à cette époque). Le laboratoire de chimie de la FAC des sciences a fabriqué du SHA. Nous en avons donc en quantité raisonnable. Stock de savon liquide fait également.

À mon niveau, je télétravaille : une grosse partie sur la communication du service (c'est ce que je fais assez volontairement en temps normal), j'anime le facebook dont voici le lien si vous souhaitez regarder :

J'ai créé des visuels sur nos prestations en ces temps de confinement.

Je suis en contact avec le service communication de l'université pour qu'il fasse également le relais sur nos prestations, avec le CROUS, les syndicats d'étudiants, et autres services de l'université qui pourraient relayer les informations. Je réponds aux messages des étudiants sur FB.

Je suis en contact avec mes collègues qui animent les ateliers via ZOOM x 4/semaine (gestion du stress, relaxation, CS DIET, atelier cuisine), publication FB pour chaque atelier.

Un atelier cuisine via ZOOM a lieu tous les vendredis : idées de recettes simples et équilibrées, je co-anime depuis chez moi avec la diététicienne qui elle est aux fourneaux, j'accueille les étudiants et aide si besoin, ils se connectent au fur est à mesure, un peu à tout moment..., je réponds à leurs questions par conversation écrite.
Les psychologues de notre service télé-travaillent via SKYPE ou autre et elles ont du boulot, nous communiquons sur ce soutien accessible qui peut être salvateur, notre AS de même.

Autre activité : avec les médecins, nous contactons les étudiants restés confinés dans les résidences universitaires du CROUS.
Ont-ils des ATCD ? Comment vont-ils ? Ont-ils compris et respectent-ils bien les principes du confinement ? Info sur nos prestations, orientation vers un(e) collègue si nécessaire.

Les médecins ont été et sont en contact avec les responsables du CROUS pour anticiper et organiser la gestion des cas COVID dans les résidences du CROUS. Nombreux sont les logements avec cuisines et sanitaires-douches en communs...

Notre service fait partie du groupe de travail de déconfinement de l'université.

Actuellement, les médecins assurent une astreinte téléphonique du lundi au vendredi sur les horaires d'ouverture habituels. Elles conseillent, orientent et consultent par téléphone avec envoi des ordonnances en PDF par mail, possibilité de consulter physiquement sur RDV au service si la consultation téléphonique s'avérait insuffisante (en dehors de tout profil symptomatologique COVID).

Voilà, comment cela se passe pour nous.

En parallèle, je suis réserviste sanitaire, l'ARS m'a simplement contacté par mail pour avoir plus de précisions sur mes disponibilités et expériences professionnelles.

Par ailleurs, je me suis portée volontaire suite à la demande du rectorat pour répertorier celles et ceux qui étaient disponibles et volontaires.

Je n'ai pas été réquisitionnée mais d'autres collègues l'ont été pour intervenir dans les centres de quatorzaine des arrivants sur l'île, et en EHPAD également.

C - IDE EN UNIVERSITÉ DE LA RÉUNION
St-Pierre-et-Miquelon
La Réunion
Guadeloupe
Polynésie Française
Nouvelle-Calédonie
Guyane
Mayotte
Mayotte
Martinique
Wallis-et-Futuna